Soutenir le projet >

Anne-Claire, stagiaire du projet Biofermes : témoignage et retours d’expérience !

Octobre 2018

Avec la rentrée, SOL soutient un nouveau parcours de formation proposé par Formations Bio Sainte Marthe et le Conservatoire pédagogique de la Ferme Sainte Marthe Sologne : un parcours de 2 mois dédié à la reproduction et à la conservation des semences et au métier de semencier. Ce module accueille sa toute première stagiaire : Anne-Claire ! Vous vous en doutez nous lui avons posée quelques questions sur son parcours et la formation. Découvrez ce témoignage inspirant. 

SOL : Peux-tu nous en dire plus sur ton parcours ? 

Avant ma reconversion, j’ai été, pendant 9 ans, franchisé dans le domaine de l’optique: j’ai créé et géré deux magasins. Puis je me suis progressivement rendue compte que ce travail ne répondait plus à mes aspirations, j’ai donc tout revendu en septembre 2017.

J’ai commencé ma démarche de reconversion an printemps 2018 en suivant la formation proposée par Formations Bio Sainte Marthe qui est le module 1 en agriculture biologique et filières.

SOL : Qu’est-ce qui t’a décidé à changer de voie et suivre la formation à la Ferme Sainte Marthe Sologne ? 

L’envie d’entreprendre, d’apprendre et surtout de transmettre ont été les trois moteurs de ma reconversion professionnelle.

J’éprouvais un besoin d’apprendre à nouveau, de travailler en partie à l’extérieur et de réaliser une activité qui ait du sens pour moi-même et qui soit utile aux autres. J’étais déjà sensible aux questions environnementales, sans savoir encore quelle place au quotidien donner à ces convictions. L’aide d’un coach en reconversion puis //par les cours dispensés dans ce premier module ont contribué à m’orienter dans la bonne direction.

J’ai connu la Ferme Sainte Marthe Sologne et ses activités de formation par l’intermédiaire d’une publication sur les réseaux sociaux de Pablo Servigne évoquant l’association SOL et le projet Biofermes.

SOL : Le module 2 « Semences traditionnelles et biologiques » que tu suis est une nouvelle proposition de formation : peux-tu nous présenter, plus en détails, l’équipe et les activités que tu réalises dans cette formation ? 

Durant le module 1, je me suis découvert une passion pour les semences paysannes. Au moment d’envisager la suite de ma reconversion, j’ai discuté avec Formations Bio Sainte Marthe et Mille Variétés Anciennes de l’opportunité pour moi d’y consacrer tout ou partie d’un module. Ce nouveau module 2 est le résultat de cette idée conjointe. Le programme, lui, s’est construit tout naturellement avec Luc, mon tuteur. Ce tout premier stage est également l’occasion de réaliser un rapport sur la viabilité du métier de semencier.

Les activités de cette formation sont variées et mobilisent une grande équipe. Avec Luc, ingénieur pour le jardin de semences du conservatoire pédagogique, je participe à la multiplication des semences traditionnelles dont certaines espèces en voie de disparition.

Je suis actuellement dans la première phase d’apprentissage du module. Concrètement, nous préparons des planches de cultures puis nous semons ou plantons ces différentes variétés. Viennent ensuite la sélection, la récolte et l’extraction des graines mûres et enfin la catégorisation des semences et la planification des récoltes.

En complément, j’ai accès à la bibliothèque, à internet et à des visites de conservatoires pour enrichir mes connaissances et m’aider à compléter mon rapport.

La deuxième partie du module est dédiée à l’apprentissage de la partie pédagogique autour de la semence. Ma formatrice est Véronique Bonaventure, présidente de l’association Graine de vie et formatrice semences à la ferme, et par Yohann, qui gère le jardin mandala.

SOL : Pour toi, pourquoi est-il important aujourd’hui de préserver les semences paysannes et de sensibiliser le plus grand nombre à leur préservation ? 

Les semences sont à la base de toute vie ! Développer les semences paysannes permet de créer plus d’autonomie pour les petites fermes par leur adaptabilité au climat et aux conditions de cultures. 

Elles permettent de préserver la biodiversité locale et de nous apporter des produits de qualité (en termes nutritionnels et de goût). C’est indispensable pour une bonne santé ! (rire)

SOL : Qu’est-ce que cette formation t’apporte pour ton parcours de reconversion ?

La formation est extrêmement riche ! Cumulée à une mise en pratique, elle me permettra de me spécialiser dans la conservation et la reproduction de semences anciennes. Elle m’apporte également un bon aperçu de l’aspect pédagogique dans le domaine du végétal au stade de la graine.

SOL : Quel a été le moment le plus marquant dans ta formation à la Ferme Sainte Marthe Sologne ? 

Il y en a eu plusieurs : 

  • La découverte du conservatoire et du jardin de semences ;
  • Les exposés de chacun en clôture du module, qui ont été très intéressants et émotionnellement très forts ;
    • Et tout simplement de belles rencontres durant ces formations qui, pour certaines, se sont transformées en amitié.

SOL : Peux-tu nous en dire plus sur ton projet d’installation ? 

Ce projet mêlera semences et pédagogie. Il est important pour moi de transmettre, d’essaimer ! 

Il se construit au fur et à mesure des connaissances acquises. Je suis consciente qu’il me reste encore des étapes à franchir. Je pense qu’il se concrétisera après quelques temps d’expérimentation sur le terrain notamment par la mise en pratique d’activités pédagogiques. Pour moi, acquérir des bases solides est essentiel !

L’autre élément, à mon sens, nécessaire à la mise en place d’un projet est de créer à plusieurs en s’appuyant sur l’intelligence collective. 

SOL : Quelles sont pour toi les prochaines étapes pour la réalisation de votre projet ? 

Au cours de l’année prochaine, je suis une nouvelle formation pour compléter mes apprentissages. En parallèle, je démarre une activité d’intervenante pédagogique en milieu scolaire. J’ai aussi l’intention de développer mon réseau en Bretagne et au Pays de la Loire pour mettre en place le projet. 

SOL : Souhaites-tu ajouter un mot ?

L’action vaut mieux que la parole !

Et j’aimerais remercier la Ferme Sainte Marthe Sologne et SOL, pour cette opportunité qu’ils m’offrent !

Interview du Chef Antonin Bonnet

Le Chef Antonin Bonnet du restaurant le Quinsou nous partage sa vision sur l'importance d'une alimentation seine et de qualité (...)
+ Lire la suite

Pierre Rabhi : le retour à la Terre est possible

Pierre Rabhi prévient des dangers d'une agriculture destructrice de notre planète (...)
+ Lire la suite

L’Agence O’, une agence engagée pour l’environnement

Découvrez le témoignage d'un de nos partenaires fondateurs de campagne : l'Agence O' (...)
+ Lire la suite